Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  ENSEIGNEMENTS BIBLIQUES ECRITS 3 DU DOCTEUR PASTEUR HENRI KPODAHI

 

   

ENSEIGNEMENT 5 : LE SALUT

 

Texte biblique : 2 Corinthiens 5: 14- 18

                

                                               INTRODUCTION

                        La vie chrétienne est une marche, une course et un combat. Nous touchons dans cet enseignement un aspect important celui de la marche et de la course.

            Mais avant que l’Homme créature pécheresse créée à l’image de Dieu ne puisse marcher et courir dans le chemin divin, il est important qu’il remplisse une condition nécessaire et obligatoire: le Salut.

            Le Salut est une notion qui exprime une vie présente et à venir, « un déjà et un pas encore », uniquement en Jésus-Christ.

            Christ est en Dieu l’auteur du salut et le consommateur de la foi de tout homme pécheur qui reconnaît ses péchés, se repent, et qui reçoit le Rédempteur dans sa vie comme Seigneur et Sauveur personnels.

Tout pécheur qui se repent sincèrement et qui reçoit Jésus dans son cœur, dans sa vie et qui croit en lui devient un enfant de Dieu. Jean 1: 12-13

            Tous sont appelés au salut mais tous ne sont pas sauvés. Tous sont enfants de Dieu mais tous n’auront pas accès aux noces de l’Agneau parce qu’ils n’ont pas marché et couru de manière à y accéder.

            Recevoir Jésus-Christ dans sa vie et passer par les eaux du baptême est une chose, se réconcilier avec lui après avoir désobéi dans sa vie chrétienne ou pour n’avoir pas fait sa volonté est une autre chose.

            Toute réconciliation conduit à la construction de la vie du chrétien et tout endurcissement à la perdition.

            La démarche de la réconciliation est pour tout enfant de Dieu désobéissant, celle de la réconciliation avec son Père céleste pour être pardonné, être purifié et recevoir la sanctification. Elle reste essentielle pour entrer dans le royaume des cieux.

           

            L’enfant de Dieu ou le chrétien a Dieu pour Père et non pas le Diable. Il peut l’appeler Adonaï, le Dieu puissant et le Dieu d’amour  « mon Père » dans sa relation personnelle. Il peut le nommer « notre Père » dans sa relation avec d’autres enfants de Dieu.

            Le salut est le Passeport pour la vie et la vie éternelle. Par lui, le péché est ôté, la plaie écartée, la mort vaincu.

            Dieu est le Dieu vivant qui seul peut donner la vie à ce qui est mort et à celui qui est mort spirituellement et physiquement. Son projet est de ramener d’une part le monde à Christ et d’autre part sa maison, ses enfants de toutes les nations d’où il les avait chassés afin qu’ils expérimentent le salut ici sur terre et reçoivent la vie éternelle dans le siècle à venir.

 

                                   I- LA DEFINITION DU SALUT

           

            Le terme du Salut dérive de l’hébreu « Yeshua » et du grec « Soteria ». Il signifie Sauver, Guérir, Restaurer et Délivrer de…

 

            Le salut a une double dimension:

 

- la première consiste à voir le royaume de Dieu: c’est-à-dire à l’expérimenter maintenant dans sa vie quotidienne. Nonobstant, le chrétien hérite du royaume de Dieu qu‘il peut perdre s‘il meurt spirituellement ou dans le péché. Jean 3:3,

 

- la seconde à entrer dans le royaume de Dieu: elle consiste à enter dans la vie éternelle et à prendre part aux noces de l’Agneau parce qu’ayant été trouvé fidèle et bon par Dieu lors de son jugement. Jean 3:5

 

            Le « sauvé » est celui qui s’est séparé du monde et de façon radicale avec les choses de ce monde : les plaisirs de la vie, la convoitise des yeux et de la chair, l’orgueil de la vie. Il est dans le monde mais il n’appartient pas au monde. Il ne vient pas dans la maison de Dieu avec les bagages ou les objets du monde. Il doit s’en débarrasser totalement par l’auto-délivrance ou la cure d’âme (qui peut aboutir à la délivrance). Cf. Jean 1:14-16, Matthieu 11:28ss

            Le Chrétien ne se conforme donc plus au monde. Il n’est pas conduit par les mauvais désirs de son âme, par les désirs de la chair ou par sa raison aveugle mais par l’Esprit de Dieu qui lui est donné comme sceau de Dieu et gage de sa nouvelle personne, de sa nouvelle personnalité et de sa nouvelle identité.

            A la naissance spirituelle ou celle divine, le Saint-Esprit donne à tout enfant de Dieu, un ou plusieurs dons spirituels. Le chrétien accomplit par les charismes reçus l’œuvre de Dieu.

            Il aime Dieu, son prochain et il exerce les dons spirituels dans l’amour.

            L’enfant de Dieu est celui qui a rompu avec le péché et qui ne s’approche pas de son Père céleste avec un cœur double. Tout sauvé qui le fait s’expose non pas à la guérison mais à la malédiction et il attriste Dieu. Il appartient à Dieu, esprit, âme et corps. Il s’écarte de la prostitution spirituelle et physique pour être entièrement à son Créateur. Il craint Dieu, ses serviteurs et il est fidèle à sa volonté par le Esprit-Saint.

 

                        II - LES OBSTACLES AU SALUT

            Plusieurs obstacles empêchent le pécheur d’accepter le salut gratuit que Dieu lui offre en Jésus.

                        1- Le péché.

            Il est entretenu par la mauvaise conduite, par l’absence de toute honte et par l’orgueil. Le pécheur ou le chrétien raisonne en justifiant son péché, son état pécheur ou en jetant le tort sur le prochain. Genèse 3:12-13

 

                        2- L’alliance avec le péché.

            Il s’agit d’une alliance accomplie par les ténèbres et le monde des ténèbres qui maintient la victime sous l’esclavage d’une vie dans le péché. Il est aussi relatif aux péchés avec lesquels le chrétien s’est uni ou qu’il s’est associé après sa nouvelle naissance. Nombres 25:1-3

 

                        3- Les faux bergers.

            Ils enseignent aux pécheurs et aux chrétiens de faux enseignements, en les éloignant encore plus loin de la présence de Dieu. Ils renient la puissance de Dieu et ils conduisent les fidèles à vivre contrairement à la volonté de Dieu. Ézéchiel 34:2-3

 

                        4- L’absence de sincérité et d’une vie de consécration.

            Elle est une vie chrétienne dans le péché et dans l’hypocrisie. L’exemple de Judas un disciple de Jésus.

 

                        5- Les esprits séducteurs et les doctrines de démons

            Ils séduisent les chrétiens pour les amener à la rétrograder et les conduire à abandonner la foi. Par finir, les pécheurs ou les sauvés s’attachent à des esprits séducteurs. 2 Timothée 3:6-9

 

                      6- Les faux dons spirituels ou les dons naturels

                        Ce sont des dons reçus de la part de faux prophètes ou de serviteurs de Dieu vivant dans le péché. Actes 16:16-18

 

                    7- Le monde

            Le monde et tout ce qu’elle offre comme mode, vie, plaisirs. 1jean 2:15-17

 

III - LES BENEDICTIONS ATTACHEES AU SALUT

            Le sauvé bénéficie du salut. Il est libéré personnellement du péché, de la malédiction, de la maladie et de la mort.

            Jésus-Christ par sa crucifixion, sa mort, son ensevelissement, sa résurrection a vaincu le monde, le péché, la mort, la maladie….

            1- la justification et le pardon 

                        Romains 3:23-24  et 8:1

 

            2- les fruits du Saint-Esprit

                        Galates 5: 22-25

 

            3- Isaïe 55 et les bénédictions de Dieu

 

            4- La vie d’obéissance

                        1Jean 3:5-6

 

            5- la vie de justice, de miséricorde, d’humilité devant Dieu.

                        1Jean 3:15-17 et 1 Pierre 5: 5-6

 

            6 -  La libération des mains des ténèbres et la délivrance

                                   Colossiens 1:13 et 2: 14-15

 

            7- le discernement, la fermeté, la persévérance et la foi en les                                                   promesses de Dieu

                        Colossiens 2: 6-7 et Hébreux 11: 6

 

            8- Les dons du Saint-Esprit et l’exaucement des prières

                        1Corinthiens 12: 4-11 et  1Jean 3:22

 

            IV- LA PERTE DU SALUT

            Il peut arriver au chrétien de perdre le salut tout comme il est arrivé à plusieurs Israélites à qui la terre de Canaan a été promise et qui ne l’ont pas hérité parce qu’ils sont morts dans le désert.

            Plusieurs éléments peuvent amener le chrétien à perdre le salut:

 

            1- L’union conjugale contraire à Dieu et à la volonté de Dieu

            Il s’agit d’alliance contractée pour des motifs d’ordre matériel, d’ordre financier, d’ordre professionnel ou par ruse avec un non païen, un religieux ou un chrétien sans chercher la volonté de Dieu (ici il s’agit de situations qui dans la durée refroidissent le chrétien et le conduisent à perdre la foi).

            Toute personne qui est déjà marié même avec un incroyant n’est pas appelé à divorcer, il reste dans le mariage mais sa vie de prière doit être efficace pour qu’il ou elle garde la foi et sois à la fin sauvé.

            Aujourd’hui Dieu parle encore à ses enfants pour leur révéler sa volonté. 2 Corinthiens 6:14ss

 

            2- La perte du témoignage chrétien

            Elle place le chrétien sous la malédiction. En effet, sa vie loin de Dieu est une vie de corruption, de rébellion vis-à-vis du Christ et de sa parole. 2 Timothée 3:8 et 4:10

            3- La vie dans l’impudicité

            Elle concerne la vie dans la fornication, l’homosexualité, la bestialité, l’adultère l’inceste et la bestialité. Le Christ a payé un grand prix afin que le chrétien vive désormais en lui. Toute vie dans l’impudicité détruit la vie de celui qui la mène et le rend esclave de ladite vie et des puissances du mal à la fin.

Jean 8:36-38.

            Toute personne esclave du sexe opposé à besoin de délivrance que seule Jésus peut lui donner. A titre d’illustration, le cas des personnes suivantes. Par exemple le fait pour un homme de voir une fille et n’avoir qu’une seule idée « coucher avec elle », une idée qui le rend quelquefois malade ou le fait aussi pour une fille de voir un beau garçon en commençant déjà à jouir.

 

            4- La fausse vocation

            André et son frère Simon étaient des pécheurs. En recevant Jésus, ils ont tout laissé. Tout pécheur qui vient à Jésus-Christ doit laisser tout ce qui peut l’empêcher, l’empêche ou l’empêchera de grandir dans la foi, de se réconcilier avec Dieu. La repentance invite à un volte-face, à une décision de faire dos à jamais au monde et d’avancer sur le chemin tracé par Dieu. Marc 1:16ss

 

            5-La malédiction familiale ou celle liée aux pratiques      ancestrales d’Idolâtrie ou personnelles d’Occultisme

            Il s’agit d’une malédiction qui condamne la postérité d’une famille à ne jamais connaître Jésus mais à avoir un engouement fort pour tout ce qui est occulte, mystique, ténébreux, contraire à la vie de Dieu. Quelquefois lorsque l’un des membres de cette famille donne sa vie à Jésus, c’est à partir de ce moment que des problèmes bizarres, mystérieux, irrationnels se manifestent dans sa vie. On peut citer soit la maladie, l’insuccès, l’échec. Exode 20:5-6

 

            6- La haine

            La haine conduit à la destruction de la vie de l’âme et à la perte de la grâce de Dieu. Celui qui hait son frère ou sa sœur ou son prochain est mort spirituellement aux yeux de Dieu. Or Dieu n’est pas le Dieu des morts mais celui des vivants. Il ne peut que vivre, communier avec des vivants et non pas avec des morts. Il ne peut faire qu’une seule chose vis-à-vis des morts, les inviter à revenir à la vie.

            1Jean 3:11-16 et Hébreux 12:14-15

 

            7- Les persécutions, les tribulations, les souffrances

            Les persécutions répétées de la part du monde, de ceux qui ne connaissent pas encore Dieu. Des souffrances provenant de sa propre famille et de ses amis.  Il s’agit de situations qui conduisent le chrétien au découragement, à l’abattement et à la confusion en pensées et en paroles. Le chrétien a le sentiment dans ces maux que Dieu l’a laissé à son sort et qu’il est seul. La solitude l’emprisonne et le conduit à accepter la manière de vivre du monde et à y retourner.

Sachons, bien-aimés que Dieu est toujours présent dans les moments difficiles que chaque chrétien traverse afin de lui donner la victoire finale. L’épreuve fait partie de l’éducation de tout enfant de Dieu. Et Dieu attend de son enfant dans l’épreuve, la persécution, les difficultés une fermeté dans la foi et une obéissance confiante afin que son plan merveilleux se réalise pleinement dans sa vie. Au lieu de gémir, de se plaindre sur son sort et de pleurer dans les moments d’affliction, le chrétien priera l’Eternel Dieu qui l’exaucera. Et selon les difficultés, il peut inviter d’autres chrétiens à le soutenir dans la prière et à demander l’intervention de Dieu pour sa situation

            Jérémie 2911-12, Isaïe 41:10-12

 

            8- Les sorciers, les esprits, les démons, les agents des ténèbres

            Ils militent tous ardemment et ils jeûnent souvent pour combattre les chrétiens. Ils s’en prennent à leur communion avec Dieu, leur témoignage, leur famille, leur santé et ils ciblent aussi leurs bénédictions. Ils utilisent les enchantements, la magie, la divination, les paroles de malédiction pour arriver à leur fin surtout contre l’Église et les chrétiens qui marchent selon Dieu. Nombres 23:18-23

           

                                   CONCLUSION

            Tout chrétien qui reçoit Jésus dans  sa vie doit éviter de se laisser conduire par la chair, le sang ou un esprit du mal. Il laissera l’Esprit de Dieu le diriger. Il Lui fera confiance et il recherchera la face de Dieu pour toute décision importante.

            Le chrétien appartient au Christ. Il est appelé à adorer Dieu en esprit et en vérité. Ce qui suppose qu’il vit selon la volonté de Dieu et dans la sanctification.

            Ainsi l’hypocrisie n’aura pas de place dans sa vie. On est chrétien Le chrétien en tout temps et en tout lieu.

            Quel que soit la faute ou le péché d’un enfant de Dieu, il gardera toujours dans son cœur qu’il a un libre accès devant le trône de la grâce céleste pour obtenir le pardon de Dieu. Il se débarrassera devant ce trône du Seigneur des Seigneurs de tout ce qui l’empêche de faire la volonté divine une fois pour toutes en sollicitant l’aide du Saint-Esprit et n’oubliant pas que tout est possible à Dieu et même à celui qui croit.

            Le chrétien n’oubliera pas d’exercer une activité selon le don qu’il a reçu dans la communauté de Dieu.

            Il prendra garde de ne pas perdre le salut acquis par Jésus pour sa pleine restauration.

            1Corinthiens 10:1-13. 

 

 

ENSEIGNEMENT 6 :   L’UNITE.

 

Texte Biblique: 1Corinthiens 3:3-9

 

 

INTRODUCTION

 

   Jean 5:17-22.

 

            I- L’ORIGINE DE L’UNITE.

            L’Unité a son origine et sa finalité en Dieu. Elle s’exprime au commencement dans la relation entre le Père, le Fils Jésus-Christ et le Saint-Esprit. Elle est présente dans la relation entre Dieu et le premier homme et entre Lui et la première femme avant la chute.

            Malgré que les trois personnes le Père, le Fils et le Saint-Esprit aient des rôles différents à cause de leur autorité spirituelle, ils travaillent ensemble de telle manière qu’on a du mal après la réalisation d’une action puissante de saisir si c’est notre Père céleste qui l’a fait, ou le Fils ou le Saint-Esprit ou si cette action n’implique pas l’intervention du Fils et de l’Esprit et vice versa.

Certes dans l’accomplissement de toute œuvre la gloire revient toujours à Dieu. Et ni le Fils, ni le Saint-Esprit ne se plaignent de cette réalité. L’essentiel est que la gloire de Dieu soit manifeste. Est-il nécessaire que la gloire de Dieu se manifeste au travers de tous les responsables d’une communauté au lieu de son dirigeant. S’il en était ainsi le Père, le Fils et le Saint-Esprit se seraient déjà séparés. Et si c’était le cas qu’en serait-il aujourd’hui de la terre, des hommes, de l’Église de Jésus-Christ.

Dans les cahiers de souvenirs de Dieu seul un archange avait un moment refusé l’unité car n’acceptait plus que la gloire revienne à Dieu seul Genèse 1: 1-5, 26-27; Exode 13:20-22

           

            II- L’UNITE SELON DIEU.

            L’Unité n’écarte pas la diversité. Dans une Église tous ne sont pas Apôtres, Pasteurs, Anciens, Prophètes, Évangélistes. 1Corinthiens 12:12-31. Personne  ne prétendra pas être un tel ministre s’il n’a pas été appelé et établi comme tel par Dieu en premier et son peuple en second.

 

1- L’Unité exprimée par la Justice.

            Il s’agit d’une justice selon Dieu et non pas de l‘équité ou bien du parti pris. Elle ne cherche pas à nuire à son prochain dans quelque domaine que ce soit. Elle ne l’accuse pas point, ni elle ne prend pas une décision dans son cœur contre lui sur les propos d’un seul témoin. Toute situation qui peut être source de division doit être portée en premier lieu devant l’Éternel, ensuite auprès des ministres (les sacrificateurs, apôtres, pasteurs) et les juges (les anciens). Or, ce qui est dommage c’est de se rendre compte que dans une situation les sacrificateurs agissent par manque de patience sans consulter l’Éternel. Quant aux anciens, ils réagissent d’après les propos entendus pareillement sans recevoir de Dieu la vérité et sa décision. Conséquences, on assiste à l’injustice, à la catastrophe, à la division.  Deutéronome 19: 15-21

     

2- L’Unité exprimée par la répartition des tâches ou la   distribution des rôles.

            Dans la communauté chrétienne, un responsable quel que soit sa position exercera la mission pour laquelle Dieu l’a appelé. L’apôtre ne remplira pas la mission de l’ancien, ni le pasteur celui de l’ancien ou de l’apôtre et vice-versa.

Dans le texte d’Exode 18: 12-27 aucun des anciens ici ne s’est plaint du faite que Moïse s’occupe seul du peuple. Mais en réalité, le leader qu’est Moïse n’œuvrait pas seul car Aaron jouait un rôle dans le sacerdoce, Josué dans l’armée d’Israël etc…Le peuple souffrait à cause de l’attitude de son Leader, du premier responsable qui jugeait seul le peuple du matin au soir. Un leader qui n’avait pas compris l’importance de la répartition des tâches à cause de ce souci du salut du peuple et de la mission qu’il a reçu de le conduire en terre promise. Dans les versets 17ss, Jethro est sincère. Il explique à Moïse la raison de son affirmation. Il l’exhorte à examiner son conseil auprès Dieu. Par finir il propose à Moïse une idée : la répartition des tâches par le choix de personnes répondant à différents critères (VV. 21-22) sans retirer à Moïse l’essentiel de sa Mission (VV. 19-21). Moïse reçut l’approbation de Dieu et il agit conformément au conseil de Jéthro.

 

3- L’Unité exprimée par l’amour.

            Il s’agit d’un amour agape et non « eros » ou « philos ». Il  recherche en premier le bien de l’autre tant matériellement, spirituellement ou financièrement. Il vient du fond du cœur. Il pardonne les souffrances infligées, les blessures semées, les coups-bas reçus par le prochain. Ce prochain peut être un frère ou une sœur en Christ. L’amour selon Dieu rend le bien par le bien et non pas par le mal. Il recherche la paix de l’autre en visant la gloire de Dieu. Il veille aussi à ce que ses amis, son entourage fassent du bien à l’autre. Il lutte pour la paix. Il agit selon la Parole de Dieu et il valorise le prochain et son service. Il accomplit l’œuvre rien que pour la gloire de  Dieu. Il favorise l’éclosion et l’édification des autres ministères.

            L’amour agapè est réciprocité. Il est spirituel et pratique. Il consiste à se soucier du bien-être matériel de l’autre. Il rend possible la joie qui est la manifestation réciproque de l’Unité.

            4- L’Unité exprimée par l’Obéissance à Dieu.

            L’Unité se renforce et se maintient lorsque les chrétiens à quelque niveau de responsabilité vivent dans l’obéissance à la Parole de Dieu.

            En effet, tout responsable qui vit dans le péché perd sa vision spirituelle donc la pensée de Dieu. Aussi, il peut être facilement utilisé par l’adversaire pour briser l’unité instaurée par Dieu au sein de ses enfants. Il sera très difficile pour un responsable qui ne change pas d’attitude et de comportement de régler les affaires qui lui sont soumis dans la justice, de procéder à une bonne répartition des tâches et de pardonner son prochain.

            5- L’Unité exprimée uniquement par la Gloire de Dieu.

            En toutes choses, le chrétien devrait laisser la gloire à Dieu pour préserver maintenir et sauvegarder l’unité des responsables et du peuple de Dieu.

 

                                        CONCLUSION

Questions: Rencontres-tu des difficultés dans l’aide que tu apportes au Pasteur ou aux autres ministres dans le cadre de leur ministère?

 

 

Tag(s) : #ENSEIGNEMENTS BIBLIQUES DU PASTEUR HENRI KPODAHI

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :