Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

CES REFLEXIONS SONT UN PARCOURS POUR VOUS PRESENTER LE CONTENU RESUME DE TOUTE LA BIBLE…..

 

 homme prier

 

 

 

11. Jésus proclame le règne de Dieu

 

110

Jésus commence par proclamer un nouvel âge, annoncé par les prophètes, le temps de la grâce de Dieu (Mc 1,14 ; Lc 4,19-21).

 

111

Jésus proclame le Royaume de Dieu (ou le Royaume des cieux : Mt 5,1 et com. de Mt 6,9). Ses miracles sont des signes : le royaume est déjà là (Mt 12,28 ; Lc 17,21), capable de guérir tous les maux : Mt 9,35.

 

112

Le royaume de Dieu signifie que Dieu se révèle maintenant comme Père (Mt 6,1 ; 6,9 ; 6,18...) et qu'il est reconnu comme tel par ses enfants (Mt 11,26-27). La nouveauté de ce royaume réside dans cette nouvelle présence de Dieu dans l'histoire, et cette nouvelle approche de Dieu par nous (Jn 4,23), une nouvelle connaissance du Père (Jn 7,28-29) et du Fils (Jn 17,3) qui nous per­met d'entrer dans une relation de parfaite communion avec Dieu, celle-là même qu'annonçait Osée 2,21-22 (voir Jn 1,17 ; 3,36).

 

113

Le royaume des cieux est d'abord proclamé aux pauvres (Lc 4,18 ; 6,20 ; 7,22). Ils y entrent les premiers (Lc 16,9) et ils joueront un rôle décisif pour propa­ger le royaume : Lc 12,32-34 ; 1Co 1,26 ; Jc 2,5-7. Ce n'est pas que les pau­vres soient meilleurs, mais le pouvoir de Dieu se manifeste mieux dans la faiblesse humaine (1S 17 ; 1Co 1,29 ; 1M 3,18 ; 2Co 12,9), et Dieu aime sauver ce qui était perdu (Is 49,2 ; Lc 1,25 ; 19,10). Il humilie les orgueilleux et élève les humbles : Lc 16,15 ; 1S 2,3-8. Les premières promesses du royaume étaient faites à un grand roi (2S 7,13 ; 1R 8,24) ; les dernières s'adressent aux pauvres de Yahvé (So 3,12 ; Za 9,9 ; Ps 132,15), aux croyants opprimés (Dn 3,30 ; 1M 2,7) exploités par les riches et les opportunistes (Ps 55, 58, 123,3). Ces pauvres accueillent mieux l'évangile (Lc 2,8 ; 10,21 ; 4,18).

 

114

Le fait que Dieu règne ne signifie pas que dorénavant il agira seul : les hommes agiront plus librement parce qu'ils sont libérés des préjugés (Mc 7,15 ; Ac 10,15 et 34) et des lois (Lc 14,3 ; Col 2,16) et qu'ils s'appliquent à dévelop­per leurs talents (Mt 25,14-30).

 

115

Le salut des hommes n'est pas donné d'en haut en supprimant le mal (Mt 13,24 ; 26,53) : c'est une graine plantée parmi les hommes (Mt 13,3 ; 13,31), qui pousse lentement (Mc 4,26), au cœur de la personne (Mc 4,14 ; Mt 13,44 ; Jn 3,3), et qui peu à peu montrera ses effets (Mt 5,14 ; Lc 12,32) en particulier dans l'Église (Mt 16,18).

 

116

On attendait un règne de Dieu à la suite du Jugement où seraient condamnés les mauvais (Is 1,25-28 ; 4,2-5 ; So 1,14 ; Ml 3,1-2 ; Mt 3,9-12). Jésus déclare que le jugement n'est pas pour maintenant (Mc 13,32 ; Ac 1,7) : les hommes cependant sont déjà jugés par leur accueil ou refus de l'évangile (Jn 3,18-20 ; 12,46). Les peuples aussi sont jugés (Lc 10,13 ; 21,25 ; Mt 23,37).

 

117

Jésus se présente comme l'Envoyé du Père (Jn 6,29 ; 10,36) et les apôtres dé­couvrent la relation unique qui l'unit au Père (Lc 11,1 ; Mc 1,35 ; Lc 6,12 ; Mc 14,36 ; Jn 4,31-34 ; 16,32). Jésus dit : Mon Père (Mt 7,21 ; 10,32 ; 16,17 ; 25,34) et : votre Père (Mt 5,16 ; 10,20). Il ne dit : jamais Notre Père.

 

118

Jésus demande aux Juifs de reconnaître qu'ils vivent un moment exceptionnel (Lc 12,54 ; Mt 11,21 ; 12,41) et de surmonter la crise qui les divise (Lc 12,57 ; 13,5) ; qu'ils accueillent Dieu-Père et donnent la priorité à la miséri­corde (Lc 15) et la réconciliation (Mt 18,23).

 

119

Le peuple juif, dans son ensemble, ne répond pas à cet appel (Mt 12,45 ; Lc 13,34) : des factions fanatiques le mènent à la catastrophe annoncée (Mt 21,43 ; 22,7 ; 23,35-37 ; Lc 21,23 et 23,28-31).

 

12. Jésus prépare son Église

 

120

L'Église (Ac 9,31) et les Églises (Ga 1,22). L'Église de Dieu (Ac 20,28) et les Églises de Dieu (1Co 11,6 ; 1Th 2,14). Église veut dire : Assemblée des ap­pelés de Dieu ; c'est le nouvel Israël (Ga 6,16), le nouveau peuple de Dieu (1P 2,10). On les appelle aussi les saints : l'Église des Saints (1Co 14,33).

 

121

Pour renouveler Israël et ensuite proclamer le royaume à toutes les nations (Mt 10,5 ; 15,24), Jésus projette son Église fondée sur Pierre (Mt 16,18) et sur les apôtres (Mt 10,1). Puisque Israël en sa majorité n'a pas cru, l'Église ira porter la lumière aux nations, et les convertis de toute origine viendront occuper les places vides à côte de tous ceux du peuple juif qui sont entrés avec Jésus (Mt 8,10 ; Mt 21,43 ; 22,9). En elle le Royaume de Dieu se concrétisera de quelque manière (voir commentaire de Mt 13,31).

 

122

Jésus trouve des disciples qui croient en lui : Lc 6,17 ; 19,37. Parmi eux il choi­sit ceux qu'il veut (Mc 3,13 ; Jn 15,16), qui seront ses apôtres (Lc 6,13). Ils seront le noyau de son Église : Lc 22,28-30. Jésus leur demande des sacrifices (Mc 8,34 ; Lc 9,58) et une fidélité totale envers lui : Mt 10,37 ; Lc 14,26.

 

123

Jésus leur enseigne les bases de la convivialité dans l'Église. Les plus grands ne seront que des serviteurs : Mc 10,43 ; Mt 18,1-5). Personne ne se fera appeler Père, ou Maître, mais l'autorité respectera l'égalité fondamentale de tous et leur relation directe avec Dieu : Mt 23,8. La Loi suprême sera l'amour : Jn 13,34-35 ; 15,12-14. L'amour s'exprimera d'abord dans le pardon (Mt 18,21 et 23) et la préoccupation pour l'unité : Jn 17,21. Les décisions de l'Église se­ront ratifiées par Dieu : Mt 16,19 ; 18,18.

 

124

La croissance du Royaume dans un monde qui refuse la lumière provoquera des conflits et entraînera des persécutions : Lc 12,49 ; Jn 15,18 ; Mc 13,13 ; Mt 5,11 ; Ap 12,13. La première crise historique sera la guerre romaine avec la destruction de Jérusalem (Mc 13,5-31). Voir commentaire de Mt 24. D'autres cri­ses suivront jusqu'à celle qui verra le retour du Christ et le jugement : Mt 16,27 ; Ac 3,21 ; 1Th 4,16 ; Mc 13,24 ; 2Th 2 ; Ap 19,11-21 ; 20,7.

 

13. Le sacrifice

 

130

La mort de Jésus n'est pas accidentelle : He 10,5. Dès le début il l'avait accep­tée : Mt 20,28 ; Jn 11,9 ; 12,27. Il l'a annoncée bien des fois : Mc 8,31 ; 9,9 et 31 ; 10,32 ; Lc 13,32. Il s'en fait entièrement responsable (Jn 10,17-19 ; 19,30), sachant que cette Heure est celle de son triomphe : Jn 7,6-8 ; 12,31 ; 17,1-2.

 

131

Le sacrifice de Jésus est comme une seconde révélation de la justice de Dieu (Rm 3,25-26) complétant celle de l'Ancien Testament. Le Dieu qui punit chassait les pécheurs (Gn 3,22-23) ; le Dieu-fait-homme vient sauver les mé­chants et accepte d'être rejeté par eux (Jn 1,11 ; Mt 21,37). Le Dieu qui libère avait démontré sa souveraineté (Ex 15 ; Dn 4 et 5) ; Jésus choisit la dernière place pour sauver : Mt 20,28 ; Ph 2,8. C'est ainsi qu'il amènera au repentir la société qui le condamne : Za 12,10 ; Jn 19,37 ; Ap 1,7. Devenu victime, il sera plus puissant au cœur de l'histoire et pourra ainsi attirer tous les peuples (Jn 12,32).

 

132

Le sacrifice était essentiel dans la religion ancienne : l'holocauste, où la victime était complètement brûlée, exprimait la soumission totale à Dieu : Lv 1 ; 1S 15,22 ; Ps 51,18 ; He 10,6-7. Le sang versé expiait les péchés : Lv 5 ; 17,11 ; He 9,22. Les victimes que l'on mangeait dans un repas de communion fai­saient bénéficier les participants de la sainteté de Dieu (1Co 10,18). Le sacri­fice de l'agneau servait à renouveler l'alliance de Dieu avec son peuple : Ex 12 ; Ps 50,5.

 

133

La mort de Jésus et sa résurrection expriment et réalisent tout ce qu'on attendait des sacrifices anciens : He 7,27 ; 9,25. C'est pourquoi on appelle Jésus l'Agneau de Dieu : Jn 1,29. Son sacrifice est une nouvelle Pâque (Pâque si­gnifie passage) conduisant à la vie sainte et éternelle : Lc 12,50 ; 22,15 ; Rm 6,4 ; 1Co 5,7 ; com. de Mc 15,16.

 

134

Le sacrifice de Jésus lui permet d'atteindre sa perfection et de recevoir les dons qui font de lui le chef et la tête de l'humanité : Is 53,11-12 ; Ac 2,33 ; He 2,10 ; 5,8-9. Voir 203 .

 

135

Son sang versé et sa mort douloureuse obtiennent pour tous le pardon des pé­chés : Is 53,10 ; Mt 26,28 ; Rm 5,3 ; 5,9 ; 5,19 ; 8,3. Elle nous réconcilie avec Dieu (Rm 5,10 ; 5,20 ; 2Co 5,17 ; Col 1,22) ; elle nous rachète (1P 1,18), nous donne la liberté (Rm 7,4 ; Ep 1,17), et met en marche un processus qui devra résoudre toutes les contradictions de l'univers (Rm 8,19 ; Ep 2,16 ; Col 1,20).

 

136

Le sacrifice du Christ révèle l'amour de Dieu pour nous : la générosité du Père (Rm 8,3 ; Jn 3,16, 1Jn 4,10) et l'obéissance du Fils ( (Mc 14,36 ; Rm 5,6 ; 1Jn 3,16). Dans le cœur transpercé de Jésus (Jn 19,34) nous contemplons le mystère de l'amour de Dieu qui a voulu nous éblouir par son don absolu afin de redonner la confiance à sa créature perdue (Rm 5,8).

 

137

La mort de Jésus et sa résurrection nous révèlent le sens de notre vie : celui qui donne sa vie renaît (Lc 17,33 ; Jn 12,24-26 ; 16,21 ; 17,9). Sa mort et sa ré­surrection illustrent les exigences du véritable amour (Jn 15,13) et du minis­tère (2Co 6,3-10 ; 12,14) ainsi que la valeur de nos propres épreuves (Jn 15,2 ; 2Co 12,9-10).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A SUIVRE.........................

 


 

 

MUSIQUE AVEC  

ARTISTE: MARCEL BOUNGOU

CHANT: PRES DE TOI

 

 

 

 

 

 

TEMOIGNAGE CHRETIEN : TEMOIGNAGE DU PASTEUR MONTEIRO

UN ANCIEN SATANISTE 2/9

 

 

 

 

 

 

SOYEZ TOUJOURS JOYEUX, PRIEZ SANS CESSE.........1THESSALONICIENS 5, 16-17

 

 

 


Rédaction Pasteur Henri  K.

Coordonnateur du MIDEGUE 

Directeur de l'ITHEB 

 

 

MINISTERE MIDEGUE

 

 

 

Tag(s) : #ENSEIGNEMENT

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :