Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

  Israël Fontaine

 

 

Jésus nous invite à nous approcher de Dieu en reconnaissant qui il est réellement : un père pour ses enfants. Pour un juif à cette époque entendre le rabbi de Nazareth les encourager à appeler le Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob, « notre père » aurait certainement été suffisant pour défriser tous les bigoudis des pharisiens présents ! Appeler Dieu notre père sonnait bien trop familier pour s’adresser à Dieu de la sorte. Mais pas pour notre Seigneur Jésus, tout le sermon sur la montagne est marqué par une atmosphère « familiale », la relation entre le Roi céleste et le membre du royaume étant celle d’un enfant avec son Père, et les relations des membres du royaume entre eux celles de frères et de sœurs. (Semeur)

Les enfants de Dieu sont donc appelés à vivre leur vie chrétienne dans une ambiance familiale, avec Dieu et avec leurs frères et sœurs dans la foi. Voilà ce que Jésus semble aussi nous démontrer en utilisant le pronom possessif « notre ».

 

 

L'image du Père

 

Parfois à cause des circonstances de la vie l'image que nous avons d'un père est déformé ce qui parfois a des répercussions sur notre perception de Dieu. Lorsque nous nous approchons de lui dans la prière, Jésus nous invite à le reconnaître pour qui il est pour nous : un père !

Reconnaître Dieu comme notre Père, c'est reconnaître que nous sommes ses enfants. Sa paternité implique :

 

 

      Notre adoption

 

Voyez quel amour le Père nous a témoigné, pour que nous soyons appelés enfants de Dieu ! (1Jn3.1)

Et vous n'avez point reçu un esprit de servitude, pour être encore dans la crainte ; mais vous avez reçu un Esprit d'adoption, par lequel nous crions : Aba ! Père ! (Rm 8. 15)  

Lorsque nous venons dans le lieu secret de la prière, nous venons avec confiance pourquoi parce que c’est lui qui nous a choisi, c’est lui qui nous a adopté, et s’il nous a adopté, c’est parce qu’il nous aime et désir notre présence !

 

      Notre sécurité

 

  Tu as été un refuge pour le faible, Un refuge pour le malheureux dans la détresse, Un abri contre la tempête, Un ombrage contre la chaleur ; Car le souffle des tyrans Est comme l'ouragan qui frappe une muraille. (Es 25.4)

Quel père ne protègerait pas son enfant ? Il y a des gens qui sont constamment en train de parler du diable, parfois il en parle comme si le diable s’occupait personnellement de leur cas… ils vivent tellement dans la crainte, qu’ils n’osent même pas prier à voix haute… pour ne pas être entendu par ce dernier, et même parfois ils évitent même de prier et de lire leur Bible parce qu’ils ont peur des représailles… Si Dieu nous a adoptés, croyez-vous qu’il laisserait ses enfants à la merci de tout et de rien ?

 

TU N’ES PAS N’IMPORTE QUI PUISQUE TON PÈRE CÉLESTE N’EST PAS N’IMPORTE QUI !

 

Notre statut d'enfants 

 

Lorsque nous prions, nous devons venir à lui...A SUIVRE 

 

 

FINIR EN MUSIQUE AVEC " OSLO GOSPEL CHOIR "     

 

CHANT : DRAW ME CLOSE

  

Tag(s) : #ENSEIGNEMENT

Partager cet article

Repost 0