Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Délivré par DieuEspère en DieuLes positions pour prier selon la pensée hébraï-copie-1

 

I.1 – LA PRIERE

 

 

ENSEIGNEMENT 1- La prière

par Mamadou Karambiri

 

La prière est un élément fondamental de la vie du chrétien. Elle est un dialogue avec Dieu et non un monologue. Elle n’est ni une récitation de versets que l’on a appris par cœur ni une énumération de formules que l’on répète mécaniquement.

La prière, c’est un père et un fils qui s’asseyent ensemble. L’enfant s’adresse à son père pour lui présenter ses besoins. Le père à son tour prend la parole et lui dit: "Mon fils, je t’aime, c’est pourquoi je t’ai écouté et te réponds". Par ce moyen, Dieu n’est plus lointain, il devient non seulement mon Père, mais mon premier partenaire. Une relation d’intimité se développe entre Lui et moi.

Pourquoi le chrétien doit-il prier?

Jésus a enseigné la prière. Il n’a pas dit si cela vous plaît, mais "quand vous priez" (Luc 11:2) ou "lorsque vous priez" (Mat. 6:5). La prière n’est pas facultative: nous devons prier. Personne d’entre nous ne mange de manière facultative. La nourriture est une nécessité impérieuse pour le corps humain. Lorsqu’un chrétien ne prie pas régulièrement, il ne reçoit pas la nourriture spirituelle dont il a besoin. Alors il s’affaiblit, plus rien ne lui réussit; il ne comprend pas pourquoi il n’est pas exaucé. Il se pose des questions, il court à gauche et à droite, mais il n’a pas de solution. Non, la prière n’est pas facultative.

Nous devons prier parce que le Seigneur Jésus-Christ lui-même priait.

Si lui, le Dieu incarné, devait prier continuellement pour être en contact avec son Père, qu’en est-il de nous? Jésus savait qu’une journée ne peut être réussie sans avoir d’abord parlé avec Dieu, le Père. Beaucoup de pièges que nous ne voyons pas nous attendent au long d’un jour. Si nous ne prions pas le matin, Satan enlève tous les poteaux indicateurs sur notre chemin (stop, virages, cassis…). Ainsi, au premier virage dangereux, ne voyant aucun écriteau, nous fonçons spirituellement sans pouvoir tenir la route et c’est la catastrophe. Nous demandons alors: Pourquoi, Seigneur as-tu permis que cela m’arrive? Oui, la prière est indispensable.

Prier n’est pas simplement demander, mais d’abord communier avec le Père, lui dire combien nous sommes reconnaissants, combien nous l’aimons. Alors son cœur se réjouit, il est heureux d’avoir un enfant qui se souvient de lui.

La prière est nécessaire lorsque nous avons une grande décision à prendre

Elle nous permet de connaître le plan de Dieu pour notre vie. Jésus a prié une nuit entière avant de choisir ses disciples (Luc 6:12). Étant divin, il aurait pu le savoir et dire: vous, venez ici. Mais non, il est monté sur la montagne pour prier, car il avait dit: "Ma nourriture est de faire la volonté de mon Père". Beaucoup d’entre nous sommes dans des difficultés parce que nous n’avons jamais demandé à Dieu son avis avant de prendre une décision.

Par exemple:

Sur le conseil de gens spécialisés, des personnes ont acheté une maison. Mais deux ans après, une usine nauséabonde a été construite à deux pas de chez eux, il n’est plus possible de dormir. Alors on s’adresse à Dieu: "Pourquoi ne m’as-tu pas dit qu’on devait construire dans deux ans une usine qui allait polluer ma maison?" Et Dieu répond:

"As-tu demandé mon avis avant d’acheter? Tu as eu des conseillers juridiques, des techniciens, mais moi je suis le conseiller des conseillers. Je connais la fin avant le commencement. Tes conseillers ne savent qu’analyser, expertiser, mais ils ignorent ce que demain sera. C’est moi qui tiens tes mains entre les miennes". Il en va de même avec le choix de la profession de nos enfants. À la suite de tests et de conseils divers, l’enfant s’engage dans une voie. Puis il est aux prises avec de grandes difficultés. Le père, la mère courent d’un spécialiste à l’autre. Mais personne ne peut se prononcer, on n’a jamais demandé à Dieu son avis!

La prière est indispensable au moment de la tentation

(Luc 22: 39-44)

Combien de personnes pleurent, crient aujourd’hui parce que leur vie est gâchée. Lorsque la tentation est intervenue, elles ne sont pas allées à genoux devant Dieu. C’est pourquoi, lorsque survient la tentation, Jésus nous exhorte: "Priez, priez, afin que vous ne tombiez pas en tentation." Jésus lui-même s’éloigne, il se met à genoux, il prie, il est devant une grande tentation, celle de ne pas aller à la Croix. Lui qui est pur, comment peut-il prendre sur lui les péchés des hommes? C’est insupportable. La chair refuse, mais Jésus soumet la chair à l’Esprit. Comment? Par la prière. La chair ne doit pas nous diriger, elle doit être soumise à l’esprit.

Personne n’a jamais mis un wagon avant la locomotive. La chair c’est le wagon. La chair n’a pas de valeur si l’esprit qui est en nous n’est pas la locomotive. La chair un jour redeviendra poussière, tandis que l’esprit est éternel. L’esprit doit tirer l’âme (sentiments, émotions, intelligence, volonté) comme la locomotive tire le wagon. Cela est possible seulement lorsque nous prions devant la tentation.

C’est pourquoi Jésus nous enseigne à prier: "Père ne nous soumet pas à la tentation" (Mat. 6:13). Si nous laissons venir le tentateur, il est comme un lion rugissant, dit l’apôtre Jacques, il tourne cherchant qui il pourra dévorer.

Mettons-nous à l’abri!

Un jour de pluie, vous dites à un ami: "Viens sous mon parapluie". Et il vient se mettre à l’abri. À un moment donné, il vous dit: "Je n’ai plus confiance en toi". Il s’éloigne de votre parapluie, vous ne pouvez plus le protéger, malgré votre amitié.

Dieu, moralement, ne peut pas protéger quelqu’un avec "son parapluie" si la personne ne reste pas sous son autorité. L’autorité sur la terre se perd, – notamment dans la famille –, voilà pourquoi notre société est en déconfiture. L’autorité de Dieu est aussi mise de côté. Il n’y a qu’une solution: retrouver le respect de l’autorité souveraine de Dieu.

À Gethsémané, la prière de Jésus lui a permis de vaincre à la croix du Calvaire. Pierre, qui n’a pas prié à Gethsémané, a échoué lorsque la croix est arrivée; il a renié Jésus et a pleuré amèrement. Devant la tentation, il nous faut prier.

Différentes formes de prière

La prière est un combat spirituel dans lequel nous devons nous engager. Nous sommes les citoyens du Royaume de Dieu et le Seigneur a besoin de soldats. Intercéder, c’est présenter une situation ou un homme à Dieu, pour qu’Il intervienne de façon majestueuse dans ces circonstances.

Dans Exode 17: 8-16, Moïse est monté sur la montagne pour prier. Il a levé les deux mains, ce qui voulait dire: Seigneur je ne peux rien faire sans toi, je suis sans défense, c’est toi ma défense; tu es mon soutien, mon rocher. Quand Moïse levait les deux mains, Josué était rempli de puissance et repoussait l’armée ennemie. Quand Moïse fatigué baissait les bras, l’armée ennemie avait le dessus. Alors sont venus les intercesseurs Aaron et Hur. Ils ont tenu les bras de Moïse jusqu’au soir. Ainsi Josué a pu combattre et détruire les Amalécites.

Ceci est d’actualité pour l’Église, les pasteurs également. Parfois les pasteurs s’engageant dans la bataille se retournent et regardent l’église: elle a baissé les bras! Tout pasteur a besoin d’intercesseurs derrière lui. Peuple de Dieu, si vous voulez éviter que les pasteurs tombent dans la dépression, intercédez derrière eux. C’est un réel combat. Si nous ne pouvons venir à l’église, prenons dix ou quinze minutes et prononçons le nom du pasteur et des responsables demandant à Dieu de leur donner de la nourriture fraîche. Les chrétiens en ont assez de manger de la nourriture gardée dans des frigidaires! Ils cherchent à manger autre chose ailleurs et se tournent vers les nouvelles religions philosophiques, orientales, qui leur donnent des choses apparemment bonnes, mais qui vont les détruire.

Pour éviter ces pièges, prions pour les pasteurs.

La prière "demander et recevoir". Quiconque demande reçoit (Luc 11:5,10). Quand nous recevons, nous savons que Dieu a répondu. Mais les gens disent: "J’ai prié, j’espère que Dieu répondra." Quand vous achetez du pain, vous ne dites pas au boulanger: "J’espère que vous me donnerez du pain un jour; quand j’aurai faim, je viendrai vous voir…" Quand nous demandons quelque chose à Dieu, Il nous répond. C’est pour pourquoi notre prière doit être précise. Si vous dites: "Dieu, bénis-moi" et qu’il vous envoie la pluie alors que vous avez besoin de guérison, la pluie est-elle une bénédiction pour vous? Il faut demander à Dieu des choses précises si vous voulez les recevoir.

Prier selon la volonté de Dieu (1 Jean 5:14-15) Si nous demandons quelque chose selon sa volonté, Dieu nous écoute. Il tend son oreille. Et si nous sommes sûrs que Dieu nous écoute, nous avons déjà la chose dans notre poche.

Nous devons donc prier selon la Parole de Dieu et ses promesses. Si j’ai un besoin précis, je dois chercher la Parole de Dieu sur laquelle appuyer ma foi. Dieu est lié à sa Parole. Cette promesse de Dieu me permet de lui dire: "Tu as dit, Seigneur. Tu ne failliras pas, tu n’es pas un homme pour mentir. Moi, j’ai confiance en ce que tu dis". Dieu est heureux quand il voit un homme, une femme qui lui rappelle ses promesses.

Parler à la montagne "Si quelqu’un dit à cette montagne: ôte-toi de là et jette-toi dans la mer, et s’il ne doute point en son cœur, mais croit que ce qu’il dit arrive, il le verra s’accomplir. Et tout ce que vous demanderez en priant, croyez que vous l’avez reçu et alors cela vous sera accordé". (Marc 11:23.24)

Prenons un exemple:

La maladie vous détruit, elle détruit votre famille. Vous n’avez pas le droit de rester immobile devant cette montagne. Vous avez le pouvoir que Dieu vous a donné par la prière. Dites à cette montagne: "Maladie, tu n’as pas le droit de maltraiter mon enfant, mon mari. J’ai reçu du Père la force, la puissance, l’autorité et je te commande, maladie, de quitter ma maison car elle appartient à Jésus-Christ". Ne nous apitoyons pas sur nous-mêmes. Cela équivaudrait à dire à Dieu: "Tu vois, je souffre et tu ne fais rien pour moi". En réalité, c’est l’accuser. Soyons persévérants et allons de l’avant, même s’il faut patienter pour voir l’exaucement comme ce fut le cas pour Elie (1 Rois 18).

Les obstacles à la prière

Certaines choses peuvent bloquer notre prière.

Le péché. Esaïe 59 dit que les oreilles de Dieu ne sont pas sourdes, son bras n’est pas trop court mais seuls nos péchés mettent un frein entre lui et nous.

Le manque de pardon. Beaucoup de chrétiens sont liés par le manque de pardon. Cela bloque, cela crée des maladies. L’Église est remplie de gens qui ont de la haine les uns contre les autres et qui ne veulent pas se pardonner. Alors Dieu n’exauce pas la prière de quelqu’un qui ne pardonne pas. (cf Marc 11:20-26)

L’incrédulité. Il est impossible d’être agréable à Dieu sans la foi (Héb. 11: 6). C’est normal, vous ne pouvez pas être ami avec Dieu si vous n’avez pas confiance en ce qu’il dit.

Les pratiques occultes. Satan a compris qui sont les Occidentaux, alors il prend une forme d’intellectuel. Il dit que Dieu n’existe pas, que vous n’avez plus besoin de demander le sang de Jésus pour vous purifier, car vous êtes civilisés. Alors Satan propose de nouvelles solutions: le yoga et toutes sortes de pratiques. Satan est un maître chanteur, un intellectuel confirmé, parce qu’il est l’ange le plus puissant. Il connaît l’homme, il sait ce que l’homme veut. Il se camoufle derrière beaucoup de choses qu’il envoie. Et aujourd’hui, le monde occidental est pris dans la léthargie de la spiritualité orientale. L’Asie, l’Afrique et l’Amérique latine sont des continents remplis de magie et de sorcellerie. Et l’Europe est ouverte à tout cela. Si vous donnez votre doigt au diable, il prendra jusqu’au coude. Quand il aura le coude, il va prendre le cou. Et quand il aura le cou, il va vous enfoncer dans la boue. Je suis un ancien praticien de ces choses, j’en parle en connaissance de cause. Attention! Ces pratiques détruisent l’homme et bloquent vos prières.

 

ENSEIGNEMENT 2- LA PRIERE

Par Pierre Cherpillod

La prière n’est pas une option à bien plaire, c’est un ordre divin. Tel un éventail dans ses formes d’expression, la prière établit un dialogue avec Dieu et conduit a l’exaucement et à la victoire. Aujourd’hui, période de la fin, où les jugements apocalyptiques sont inévitables, le Saint-Esprit appelle et mobilise de plus en plus le peuple de Dieu pour la prière. Il en souligne impérativement l’urgence et la nécessité, ceci tant à titre personnel que communautaire. C’est en priant que nous apprenons à prier et c’est en persévérant que l’Esprit nous vient en aide selon Romains 8 : 26

« L’Esprit vient en aide à notre faiblesse, car nous ne savons pas ce que nous devons demander, pour prier comme il faut ; mais l’Esprit lui-même intercède pour nous par des soupirs inexprimables… »

Il y a différentes manières de recourir à la prière. Nous en rappellerons quelques-unes bien connues qui pourront nous aider à nous rapprocher de Dieu.

1. La prière personnelle (Mt. 6 : 6)

« Quand tu pries, entre dans ta chambre, ferme la porte, et prie ton Père qui est là, dans le lieu secret. Et ton Père, qui voit dans le secret, te le rendra. »

En effet, il est plus facile de tomber dans l’activisme, que de prendre du temps pour prier. Ma vie de prière est un baromètre de ma vraie spiritualité.

2. Le duo de prière (Mt 18 : 19-20)
« Si deux d’entre vous s’accordent sur la terre pour demander une chose quelconque, elle leur sera accordée par mon père qui est dans les cieux. Car là où deux ou trois sont assemblés en mon nom, je suis au milieu d’eux. »

Cette déclaration de Jésus comprend deux promesses : celle de sa présence et celle La prière par Pierre Cherpillod de l’exaucement. Ces promesses sont aussi données à la prière individuelle, mais des grâces particulières sont attachées à la prière en commun. Le duo de prière implique donc un partenaire de prière. La Bible nous enseigne que l’union et le soutien sont des éléments indispensables aux disciples de Christ pour remporter des victoires sur l’ennemi pendant les temps de prière (voir par exemple Aaron et Hur en Ex 17 : 8-16).

Comment choisir un partenaire avec lequel on peut s’accorder promptement dans la prière ? Pour le couple : le mari ou la femme est le partenaire par excellence. Pour ceux qui ne sont pas mariés, il est préférable de choisir un partenaire du même sexe.

3. Le trio et le quatuor de prière

Ce sont trois ou quatre chrétiens qui décident de se retrouver régulièrement chez l’un ou l’autre, au moment qui convient le mieux, pour porter des personnes, à l’instar des quatre amis du paralytique de Marc 2.

La rencontre prend peu de temps, elle est souple et spontanée ; le groupe peut également être intégré dans le déroulement des rencontres des cellules de maison en donnant une orientation d’évangélisation. Dans ce cas, la rencontre vise l’intercession dans laquelle chaque membre prie pour trois personnes régulièrement et qu’il s’agira, par la suite, de contacter. Ce sont là quelques expressions de la cellule de prière. A cause de l’intimité qu’elle implique, la cellule ne peut vraiment unir qu’un petit nombre de membres, tout au plus cinq ou six. S’il s’en trouve davantage, il faudra alors fractionner la cellule pour en former plusieurs nouvelles. On pourrait comparer le rôle de la cellule de prière dans l’Église à celui de la famille dans la société.

Personne ne songerait à contester l’importance de la famille pour l’individu autant que pour la société. Mais tout aussi importante pour l’Église est la fonction de la cellule de prière.

4. L’Église de maison (ou communauté de maison)

Les premiers disciples étaient réunis dans une chambre haute (Ac 1 : 13-15 et 2 : 1-21). La fraction du pain se faisait dans des maisons privées (Ac 2 : 42 et 46).

On voit une assemblée réunie pour la prière dans une maison particulière (Ac 12 : 12 ; voir aussi Ac 16 : 14 et 30 ; Ac 20 : 7 ; Rm. 16 : 3-5. 16 : 14-15 et 23 ; 1 Co 16 : 19, Ph v. 2, etc.)

Ces textes démontrent la nécessité de petites assemblées dans des maisons privées, appelées églises de maison. Cette structure va plus loin que la seule prière et comprend les éléments de base d’une communauté : elle est plus actuelle que jamais et se multiplie principalement dans les pays où règne la persécution. Aujourd’hui, les églises dans les maisons se comptent par millions dans le monde. En conclusion, que nous soyons seuls, à deux ou trois ou en cercles plus grands, le Saint-Esprit nous appelle tous à un renouvellement de notre vie de prière, à nous unir plus que jamais pour combattre les forces des ténèbres, à être un coeur et une âme (Ac 4 : 32) pour hâter le jour du Seigneur et pour que son Règne vienne. Soyons tous unis dans cette dernière prière de la Bible : Apoc. 22 : 20

« Celui qui atteste ces choses dit : OUI, je viens bientôt. AMEN, VIENS SEIGNEUR JÉSUS. Que la grâce du Seigneur Jésus soit avec vous tous. »

Proposition de plan pour une rencontre de prière:

  • Adoration et louange (un ou deux chants)
  • Actions de grâce pour les bienfaits présents et passés
  • Silence, examen de ma vie devant Dieu et de mes relations avec mon ou mes partenaires de prière.
  • Confession des péchés mis en lumière et foi dans le pardon du Seigneur
  • Présenter les requêtes au Père au nom du Seigneur Jésus, sur base de la Parole de Dieu (ses promesses).
  • Silence, écoute de la voix de Dieu
  • Actions de grâce pour la fidélité de Dieu et pour l’exaucement et attente, dans la foi et la louange (certaines réponses sont immédiates et d’autres semblent bien lentes à venir).

 

 

ENSEIGNEMENT 3- La prière intime

par Jacques-Daniel Rochat

Laisse-moi t’entendre prier et je te dirai qui est Dieu pour toi.

 

La prière: un reflet du cœur

Bien qu’il soit tout à fait juste de partager nos besoins, nos sentiments et notre louange avec Dieu, la prière dépasse largement le fait de dire ou de demander. Dans la Bible, les prières les plus précieuses sont toujours l’expression de l’intime communion entre des hommes et Dieu. Par exemple, certains psaumes offrent un indiscret voyage dans les sentiments et l’âme du roi David. Sans ces chants de prière, les aspirations de son cœur seraient inaccessibles et perdues. Encore plus intenses, les prières de Jésus nous offrent de multiples occasions de mesurer le lien affectif existant à l’intérieur de Dieu, entre le Fils et le Père. Mesurons le privilège extraordinaire que Dieu nous accorde en nous laissant suivre au fil des Évangiles, l’intime communion de Jésus, dans ses détresses, ses joies et ses combats.

Comme le montrent ces exemples, la prière touche les parties les plus profondes de notre vie. Prier, c’est ouvrir la porte la plus secrète de notre cœur. Pour développer cet aspect, Jésus nous recommande même de vivre la prière d’abord dans un cadre d’intimité avec lui. "Quand tu pries, entre dans ta chambre, ferme ta porte, et prie ton Père qui est là dans le lieu secret; et ton Père, qui voit dans le secret, te le rendra."

Combattre le superficiel

Dans le cadre d’un groupe, partager une prière de cœur profonde et authentique n’est pas une chose facile à vivre car, malheureusement, nous sommes vite entraînés dans un chemin de superficialité et d’habitudes.

Pour discerner et émonder ces mauvaises pratiques, débusquons les ornières qui dévient notre prière.

1. La prière d’apparat

Pour éviter de trop s’engager ou par timidité, la tentation est grande d’user de ces belles prières à la mode dans notre communauté; leurs abondantes formules "évangéliques" leur donnent un air de valeurs sûres…

Ne rions pas; beaucoup de groupes sont construits sur ce type de prières, somme toute sécurisantes. Avec l’habitude, le groupe devient vite un club qui s’enferme dans un style agréé "officiellement" par le groupe.

Tiens ça devrait bientôt être à moi, ensuite ce sera la sœur Hélène et nous finirons sûrement avec Marcel…

À la longue, plus personne ne trouve la moindre joie à ces rencontres superficielles.

2. La prière d’information

– Seigneur sais-tu que… je pense… il faudrait que tu…

Pour certains, la prière est l’occasion de décrire des sujets par le menu en montrant à Dieu par a+b la meilleure façon d’intervenir. C’est la prière des journalistes du Seigneur. Bien que prier avec des informations et pour des choses précises soit excellent, nous sommes rapidement entraînés à faire une liste de propositions pour montrer à Dieu ce qu’il gagnerait en nous écoutant. Avec de telles requêtes, la prière communautaire devient progressivement une récolte de problèmes et de solutions lancés à tout vent.

Dans le même registre, nous trouvons aussi la prière conseillère qui subtilement consiste à chuchoter à son frère une parole qu’on n’ose pas lui dire en face:

– Seigneur, je prie pour mon frère qui devrait vraiment comprendre que…, montre-lui qu’il doit plutôt…

À bien y regarder, le "Seigneur" et l’"Amen" final sont inutiles. Pour vivre des relations saines, mieux vaut parler directement à l’autre sans user du couvert de la prière.

3. La prière marchandage

Jacob est certainement un de ceux qui a le plus développé la prière commerciale avec Dieu "Seigneur" je te donnerai la dîme de tout ce que tu me donneras." Remarquons pourtant que même en désirant ardemment la bénédiction divine, Jacob reconnaît que Dieu seul peut en décider la mesure. Nos prières n’ont pas toujours ce respect, car nous inversons facilement les rôles. Qui de nous ne s’est pas surpris à considérer le temps, les efforts, les sacrifices mis dans la prière comme des acomptes sur les exaucements à venir. Non, soulignons-le, la prière n’est pas une balance que l’on remplit à force de temps ou de paroles. Jésus compare même cette pratique à celle des païens "qui s’imaginent qu’à force de paroles ils seront exaucés." Ne méprisons donc pas le Dieu d’amour et évitons toute tentation de calculer ce que Dieu nous doit. Du reste… il ne nous doit rien!

Nous pourrions continuer à décrire les déformations qui nous entraînent à prier de façon superficielle, mais la question n’est pas là. Comment grandir dans l’exercice de la prière, non en quantité, mais sur le plan de son intensité?)

L’écoute: une base pour prier

En observant les distorsions qui touchent nos prières, on remarque rapidement qu’elles manquent toutes d’une denrée très précieuse: l’écoute.

Pour entrer dans une dimension de prière renouvelée, nous devons apprendre à intégrer trois dimensions de cette écoute dans notre relation avec Dieu.

1. L’écoute de Dieu

La première écoute nécessaire à la prière est celle qui nous met en relation avec la pensée de Dieu. Car contrairement à la pratique païenne qui cherche à obtenir de Dieu son attention, la prière chrétienne prend racine sur la bonté et la sagesse de Dieu. Il est donc inutile de le convaincre du bien-fondé de notre demande ou de marchander un exaucement à force de paroles. Au contraire, la démarche que nous désirons vivre est de permettre à Dieu d’accomplir sa volonté, selon cette célèbre parole: "que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel."

Prier demande donc de percevoir le vouloir du Seigneur dans les situations qui nous environnent. C’est une collaboration "familiale" avec Dieu dans laquelle nous désirons ardemment la volonté qu’il nous donne de connaître.

Pour vivre cette écoute, nous devons chercher à accueillir le Saint-Esprit parmi nous. Pratiquement, lire et partager un texte biblique est un excellent moyen d’implanter notre prière dans la révélation divine, car rappelons-le, la Parole qui est l’épée de l’Esprit, mérite une grande part au milieu de nous. Cette attitude de respect envers ce que donne l’Esprit est aussi valable à l’égard des paroles inspirées de révélation ou de sagesse qui sont données dans le groupe ou l’église. Au lieu de vite passer à un autre sujet, nous devrions rester à l’écoute et continuer de prier dans la ligne de l’interpellation divine.

Remarquons aussi que l’écoute de Dieu apporte à la prière la précieuse denrée nécessaire à son exaucement: la foi. "La foi vient de ce qu’on entend, et ce qu’on entend vient de la parole de Dieu." Sans l’écoute, la promesse de déplacer des montagnes par notre foi ne peut se réaliser, ce seraient même plutôt les montagnes (les sujets de prières) qui nous déplaceraient. Cette redoutable inversion se produit lorsque, par exemple, je prie pour un malade en mettant toutes mes attentes dans la guérison, alors que Dieu m’appelle à les mettre en lui. Cette nuance est importante. Elle explique pourquoi de nombreux chrétiens, après avoir prié, repartent déçus ou mêmes fâchés de n’avoir par reçu la réponse qu’ils attendaient. En mettant le Seigneur au centre par l’écoute, nous n’attendons pas premièrement le miracle, mais sa présence.

Cette attitude est moins crispante et beaucoup plus efficace. Elle nous centre sur Jésus et nous ouvre à la réponse qu’il veut donner.

 

2. L’écoute de soi

Il peut paraître étonnant de mettre l’écoute intérieure comme la deuxième clé capable de renouveler notre prière. Pourtant, dans la recherche d’une expression intime avec Dieu, notre état personnel joue un rôle considérable. En déversant les sentiments de notre cœur dans la prière, nous laissons Dieu agir dans les parties les plus secrètes de nos vies. Par exemple, à la place de demander hypocritement et en grinçant des dents que le Seigneur bénisse une personne que nous n’aimons pas, il vaut mieux avouer honnêtement qu’on a envie de l’étrangler… Cette authenticité peut paraître surprenante, elle est pourtant pratique courante chez les hommes de la Bible qui ne cherchaient pas à masquer leur cœur devant Dieu. En dévoilant nos pensées, nous faisons de notre prière un cri du cœur qui aspire à être comblé et transformé par son Esprit. Peu à peu, cette transformation de notre être intérieur permettra aux pensées divines de remplacer nos conceptions humaines.

3. L’écoute des autres

Dans le cadre d’un groupe de prière, la diversité des participants est une mine d’or que nous pouvons exploiter en nous écoutant les uns les autres. Cette mise en commun devrait permettre à chacun de prier selon son appel afin qu’au sein du corps de Christ rassemblé, le cœur de Dieu parle. Ainsi, pour un même sujet, l’éclairage de chacun mettra en lumière une partie de la volonté de Dieu. L’un exprimera la passion pour le salut, une personne au cœur de berger sera plus sensible aux souffrances humaines, un autre aura une parole de sagesse, une révélation, une proposition d’action, une parole de foi, d’autorité, etc.

Pour autant que chacun écoute le mouvement de l’Esprit, les rencontres de prière peuvent devenir des sources inépuisables de richesses spirituelles. Car plus nous prendrons connaissance de la volonté de Dieu, plus nous la désirerons. Désirer cette volonté de tout son cœur et l’exprimer, c’est cela la vraie prière.

 

 

ENSEIGNEMENT 4- PRIER ENSEMBLE POUR ELARGIR LA ROYAUTE DE DIEU

Par Jean-Pierre Besse

 

Qui ne voudrait pas voir sa ville ou sa région transformée par l’Evangile et des foules se mettre à changer de vie pour pratiquer la justice plutôt que la destruction?

Qui ne voudrait voir sa nation devenir "disciple" (Mt. 28:19) par l’adoption de lois en accord avec celles de Dieu?

Quel chrétien ne voudrait voir Jésus établi dans le monde comme Roi et gouverner avec nous pour la joie du Père? Votre cœur brûle-t-il de voir ces réalités? Eh bien, Dieu vous appelle, vous qui êtes nés de Lui, à devenir partenaires de son Plan d’action!

Après l’élévation du Seigneur Jésus dans la gloire céleste, les disciples qu’il avait formés "retournèrent à Jérusalem depuis le Mont des Oliviers… Quand ils furent entrés, ils montèrent dans la chambre haute… "Tous d’un commun accord persévéraient dans la prière, avec les femmes, avec Marie mère de Jésus et avec ses frères" (Actes 1:12-14).

C’est à partir de cette prière-là, telle qu’elle est brièvement décrite, que la ville de Jérusalem a été bouleversée dans les mois et les années qui ont suivi! Ainsi en est-il de l’appel que Dieu adresse aux groupes de maisons d’aujourd’hui dans leurs villes respectives. Cet appel comporte beaucoup d’aspects, mais il y en a deux qui sont tout à fait centraux et liés: l’écoute de la Parole qui sort de la bouche de Dieu et la prière ensemble. Laissons-nous instruire.

Cette prière est intense car la toute jeune communauté des disciples est pour la première fois privée de la présence physique de son Fondateur et Sauveur. Cette prière, probablement continue, a duré une dizaine de jours (entre l’Ascension et Pentecôte) avant que "quelque chose du ciel" finisse enfin par se produire selon ce que le Seigneur avait promis (Luc 24:49). Et ce qui s’est alors produit est le plus grand événement après la croix et la résurrection: la venue du Saint-Esprit sur la Communauté rassemblée dans la prière (c’est elle qui est devenue la cellule - mère de toute l’Eglise). Cet événement s’est reproduit chaque fois que des disciples, venus plus tard, recevaient la Parole du Père par Jésus: ils étaient immergés dans le Saint-Esprit pour entrer dans ses desseins.

Vivre la "chambre haute".

Si nous voulons voir notre ville, notre village, notre région, notre nation et même d’autres nations être bouleversées et changées par le Souffle du Règne à venir de Dieu, il nous faut prendre exemple sur ce qui se passe ici et aussi au ch. 4 dans Actes v. 23-31 lors de la première persécution:

- ils se mettent à part pour Dieu dans un temps spécial et un lieu défini (la "chambre haute").

- Ils sont "tous ensemble", il n’y a pas de membres passifs qui laisseraient cet élan d’obéissance aux plus "mordus", à un clergé ou à des spécialistes…

- On nous dit qu’ils prient "d’un commun accord" (Actes 1:14 et 4:24): le mot original est fort et signifie: d’une même disposition de cœur, d’une même pensée, d’une même volonté. Ils ne se sont pas contentés d’un accord intellectuel sur le sujet de la prière. Ils se sont mis "cœur à cœur" (ac-cord) et voilà pourquoi il a fallu 10 jours d’attente: non pas à cause du Seigneur, mais à cause d’eux, à cause de nous. Il faut du temps dans un groupe (seul aussi) pour élever le niveau de confiance en Dieu! Il en faut plus encore pour que viennent à la lumière nos sentiments refoulés, nos amertumes, nos jalousies, nos vanités cachées, nos rancunes les uns à l’égard des autres et qu’enfin une vraie communion puisse s’établir…

Dans le cas de la chambre haute:

a) ils ont d’abord dû apprendre à s’appuyer avec une entière foi sur la promesse du Père transmise par Jésus (Actes 1:4-5): la réception de l’Esprit Consolateur.

b) Ils ont dû se mettre d’accord sur ceci: persévérer jusqu’à ce que quelque chose se passe et que la promesse s’accomplisse concrètement, de façon constatable.

c) Le texte ne le dit pas, mais il est très probable que des demandes de pardon ont été formulées et que des pardons ont été accordés. Simon Pierre a sûrement demandé pardon de s’être cru plus fort que les autres face à la croix; les fils de Zébédée d’avoir voulu les meilleures places dans le Royaume sans égards aux autres; et les autres de s’être énervés contre Jacques et Jean; et tous de n’avoir pas cru Marie de Magdala qui leur annonçait qu’elle avait vu Jésus vivant, etc. Sans mise en lumière des péchés et sans le pardon fraternel qui libère nos consciences et restaure nos relations brisées, comment le Père pourrait-il exaucer? Comment l’Esprit du Christ pourrait-il prendre plus de place et de force en nous?

d) Ceci fait, "ils élevèrent la voix vers Dieu" en se basant sur l’Ecriture inspirée (Actes 4.24-25) et en l’appliquant à leur situation présente (v. 27-29). Prier à haute voix fait connaître à l’Ennemi invisible sa défaite et fortifie l’assistance.

e) Leur prière est dirigée vers l’avenir, vers le témoignage audacieux et risqué et non vers la peur et le repli ou la préservation de leur sécurité personnelle. La demande n’est pas simplement de "consommer du Saint-Esprit", mais d’entrer dans le mouvement de l’Esprit qui est d’évangéliser notre entourage et notre ville, de notre peuple et finalement le monde. Ils n’hésitent pas à demander la hardiesse et les signes qui vont confirmer cette annonce (Actes 4:29-30).

Dans les deux cas (Actes 1-2 et Actes 4), le résultat est du même ordre:

– la puissance de Dieu ébranle ce qui semblait établi pour toujours (murs, autorités, portes du ciel).

– tous sont remplis du Saint-Esprit, le Consolateur envoyé par le Christ glorifié.

– il en résulte des effets multiples (Actes 2): ils prient d’une nouvelle manière (par l’Esprit), ils vivent une nouvelle façon d’être ensemble (amour et partage fraternels), ils acquièrent une nouvelle autorité sur les pouvoirs spirituels de l’Ennemi, enfin, ils sont rendus capables d’être les témoins de Jésus, revêtus d’une pleine assurance (v.31).

- Le résultat à plus long terme est donné dans Actes 5.28: les autorités, pourtant hostiles, doivent avouer: "voilà que vous avez rempli Jérusalem de votre enseignement (du nom de Jésus)!"

Au XXIe siècle

De plus en plus, dans les nations du monde, des chrétiens motivés par l’Esprit de Dieu se retrouvent en petits groupes ou en grandes "veillées" de prière pour établir des "autels de prière", comme Abraham. Il élevait ses propres autels à Dieu pour établir en Canaan l’autorité du Seigneur qui lui avait promis ce territoire en possession (Gn. 12:7,8; 13:18)!

Partout un mouvement s’élève progressivement, comme les 40 jours de prière en France et en Suisse (avant Pâques) dans le but d’une purification de l’Eglise et de se mettre à part pour la nation. Ou comme des chaînes ininterrompues de prière 7 jours sur 7 et 24h sur 24 en Angleterre, en Suisse et dans d’autres pays d’Europe et d’Afrique, d’immenses mouvements de repentance comme au Rwanda, ou d’intercession comme en Ouganda, au Brésil, en Argentine… On y élève le nom du Père et du Fils au-dessus des dominations invisibles et du "prince de la puissance de l’air" (Eph. 2:2).

Ces puissances apprennent alors leur défaite et la nécessité de s’écarter pour laisser entrer le ROI DE GLOIRE dans les domaines mentionnés dans la prière, avant sa venue définitive sur la terre entière (Ps. 24)!

C’est l’heure de la mobilisation mondiale pour la Moisson finale et pour affronter l’assaut de l’Antichrist avant l’Avènement du vrai Christ: JESUS!

 

 

ENSEIGNEMENT 5- TROIS QUESTION SUR NOTRE VIE DE PRIERE

Par Y- LEE

 

1. Combien de temps passez-vous dans la prière ?
Soyez honnête avec vous-même et avec le Seigneur et répondez au plus juste. Combien de temps passez-vous dans la prière ? Pensez-vous que vos repas quotidiens soient plus ou moins importants que votre temps de prière ? Répondez… Serait-il seulement possible que le temps que vous prenez pour votre douche soit plus long que celui de votre temps dans la prière ? Vos repas vous prennent au moins deux heures par jour… Combien passez-vous de temps dans la prière ? La prière n’est pas un signe de la main, un badge à votre veste ou une révérence à Dieu.

A moins d’y mettre délibérément toute votre conscience, toute votre détermination jusqu’au sacrifice, votre vie de prière restera en friche, Ai-je besoin de vous donner des excuses supplémentaires pour ne pas prier ? Un horaire chargé – un travail épuisant – des enfants éreintants – une maison trop petite – un climat trop chaud ou trop froid – votre santé déficiente, etc. Vous prenez le temps de manger et de dormir, de visiter vos amis et de vous distraire.

Mais… à l’heure de la prière, vous êtes morts.

Fixez-vous une heure bien précise pour la prière. Que rien ne vienne vous déranger. Vous avez rendez-vous avec le Seigneur… tout le reste peut attendre. Choisissez donc bien votre moment du jour, le plus favorable à une telle rencontre.

2. Que faites-vous dans la prière ?

Votre prière ne serait-elle qu’une liste pour " commissions " ? Seigneur, donne-moi ceci et aussi cela ?- Si vous étudiez la vie de prière de Jésus vous arriverez à la conclusion que sa prière était d’abord d’écouter son Père. Il ne demandait pas beaucoup, mais il écoutait surtout. La plupart du temps les croyants parlent beaucoup trop et de si belles paroles. Ils ne savent pas se taire et écouter Dieu. Le Saint-Esprit ne peut leur être d’aucun secours lorsqu’ils prient. Taisez-vous dans la prière et sachez écouter, si vous ne voulez pas rester dans votre ornière. Si votre vie spirituelle ne s’est pas épanouie ces derniers temps, essayez donc d’écouter Dieu, pendant le temps de votre prière.

3. Etes-vous conséquent dans la prière ?

Je m’explique. Lorsqu’un ami est dans une difficulté d’argent et qu’il vous demande de prier aussi pour lui, certainement vous le faites. Mais regardez-vous dans votre portefeuille pour voir comment vous pouvez exaucer, au moins en partie, votre propre prière ? Une personne est à l’hôpital, vous priez pour elle, très bien, mais que faites-vous pour aller la visiter et être pour elle un moyen de Dieu pour l’encourager dans sa foi ? Poursuivez donc votre prière personnelle dans une action personnelle. A quoi bon prier pour le salut des âmes si vous ne faites rien vous-même pour leur faire connaître l’Evangile ? Si Dieu n’avait fait que déclarer son amour pour les perdus, sans envoyer le Sauveur nous serions encore perdus.

Dieu a tant aimé le monde… il a parlé… il a agi… (sa parole a été faite chair, en Jésus-Christ). Si Jésus n’avait fait que prier, sans son sacrifice au Calvaire, il n’y aurait aucun espoir pour le monde. Jésus a poursuivi sa prière en gravissant la pente de Golgotha.

Prier, c’est cela !

La prière est une force explosive qui doit secouer le monde. La prière peut aussi n’être qu’un simple terrain en friche. La différence ne dépend que de vous.

 

I.2- LE CULTE PERSONNEL

 

ENSEIGNEMENT 1-La vie de prière personnelle

par Heinz Suter..................LA SUITE DANS LA 4ème PARTIE

Partager cette page

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :