Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

I-DEFINITION DU CHOIX DU CONJOINT L'homme créé n'est pas seulement pensée mais aussi action. Le créateur l'a doté de facultés qui lui permettent de prendre des décisions et de liberté en lui donnant la possibilité de choisir dans un ensemble la qualité supérieure. Choisir : C'est prendre de préférence, un parmi plusieurs. Le choix est ici la préférence, l'excellent ou l'excellente. Conjoint : C'est l'un des époux par rapport à l'autre, celui ou celle avec qui vous êtes UN, vous êtes lié(e). Choisir son conjoint : C'est prendre la préférence avec laquelle vous voulez vous unir ; c'est prendre sa côte ou choisir la personne dont vous avez été pris, l'os de vos os et la chair de votre chair, donc l'excellent(e), le meilleur(e), après avoir reçu une conviction claire de Dieu.

 

II- LE CHOIX DU CONJOINT A LA LUMIERE DE LA PAROLE DE DIEU L'exemple réel tiré de la Bible est celui d'Isaac et de Rebecca dans le livre de Genèse chapitre 24 dans la Version Louis Second (VLS). Isaac est le fils d'Abraham, Abraham lui à son tour est le fils de Terach de la postérité de Sem, l'un des trois fils de Noé. Abraham était vieux ; et l'Eternel l'avait béni en toute chose. Il fit jurer par l'Eternel, son serviteur, le plus ancien de sa maison, l'intendant de tous ses biens, « de ne pas prendre pour son fils Isaac une femme parmi les filles des Cananéens, peuple au milieu duquel il habite, mais d'aller dans son pays et dans sa patrie prendre une femme pour son fils Isaac »

 Le serviteur prit dix chameaux parmi les chameaux de son Seigneur, et il partit, ayant à sa disposition tous les biens de son Seigneur. Il alla en Mésopotamie, à la ville de Nachor. Apres avoir fait reposer les chameaux sur les genoux, hors de la ville, près d'un puits, le soir, au temps où sortent celles qui vont puiser de l'eau, il pria l'Eternel, le Dieu de son seigneur Abraham afin que celui-ci lui fit rencontrer ce jour-là, la femme qu'il destina au fils de son Seigneur Abraham. Le serviteur d'Abraham demandera à Dieu des signes qui s'accompliront avant qu'il ne finisse de parler. Il reconnaitra en Rebecca, née de Bethuel, fils de Milca, femme de Nachor, la seule des filles des gens de la ville sortant pour puiser de l'eau, le choix de Dieu pour Isaac, la Volonté de Dieu. Il sera plus tard reçu par la maison de la jeune fille. Il leur racontera comment l'Eternel, le Dieu d'Abraham avait accompli le choix. Apres le « oui » des parents de Rebecca, la consultation de la jeune fille et son « accord positif » également, le serviteur d'Abraham retourna dans sa patrie avec la jeune fille. A travers tout le texte de Genèse 24 qui décrit le processus conduisant à l'union d'Isaac et de Rebecca par Dieu, le choix de l'alter égo repose sur plusieurs critères :

 - 1er critère : Abraham, l'ami de Dieu, obéit à la voix, à la volonté de Dieu pour le choix de la femme de son fils Isaac2. Il accepte de ne pas prendre pour son fils Isaac, une femme parmi les filles des cananéens. Les nations au milieu desquelles vit Abraham sont païennes. Ils adorent non pas le vrai Dieu mais d'autres divinités. Ils s'adonnent donc à l'idolâtrie. Dieu lui demande de choisir non pas au milieu de ces nations païennes mais dans sa patrie. Plus précisément au milieu d'un peuple croyant qui reconnaît la place du vrai Dieu. Par les versets 50 et 51 de Genèse 24, il ressort que le peuple d'où est issu Rébecca connait l'Eternel. Ainsi toute personne voulant choisir son conjoint, prendra la femme ou l'homme au milieu du peuple de Dieu, le Dieu manifesté aux hommes par notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ. Mais cette seule condition ne suffit pas.

- 2e critère : La seule condition que l'homme ou la femme soit un enfant de Dieu ne suffit pas. Ce qui est aussi important c'est que l'homme ou la femme laisse Dieu lui faire le choix dans cet ensemble de croyants voir de chrétiens ou de chrétiennes. L'exemple du serviteur d'Abraham est palpable. Au lieu de choisir, parmi les filles des gens de la ville, sorties pour puiser de l'eau, une femme pour le fils de son maitre, il prie, au contraire, l'Eternel Dieu pour qu'il lui fasse rencontrer le choix d'Isaac, celle qui lui est destinée. Et il fait cette prière en son cœur.

- 3e critère : Pour la reconnaissance du Choix, de celui ou de celle que Dieu vous a choisi, plusieurs signes doivent s'accomplir clairement et se confirmer clairement dans la réalité. A cette reconnaissance de la volonté de Dieu pour vous dans la réalité s'appuie la conviction intérieure par l'Esprit de Dieu. Dans notre texte, la prière du Serviteur d'Abraham est claire et sincère. Ce dernier demande à Dieu plusieurs signes au même moment et au même endroit.

Dans les versets 13 à 14, les signes soulignés sont dans la demande qu'il formule ici à Dieu : « Voici, je me tiens près de la source d'eau et les filles des gens de la ville vont sortir pour puiser de l'eau. Que la jeune fille à laquelle je dirai : penche ta cruche, je te prie, pour que je boive, et qui répondra : bois, et je donnerai aussi à boire à tes chameaux, soit celle que tu as destinée à ton serviteur Isaac ! Et par là je connaîtrai que tu uses de bonté envers mon Seigneur ». Dans les versets 15 à 22, tous les signes demandés par le serviteur s'accomplissent. Rébecca est une jeune fille. De plus, elle était vierge V.16. Le serviteur parle en premier, « je dirai », et non pas la jeune fille...V.17. Il la prie, « je te prie », « pour qu'il boit l'eau » de sa cruche. Rébecca penche la cruche car pour que le serviteur puisse boire, il faut que nécessairement que la cruche soit penchée : l'on « penche la cruche ». VV.17 -18. La jeune fille « répond », elle ne se tait pas. Elle n'insulte pas le serviteur d'Abraham. Elle ne lui pose pas de questions comme cette samaritaine en face d'un étranger, Jésus dans Jean 4,18. Elle répond, « bois », elle ne dit pas une autre parole ; elle commence par « bois » et non « si tu veux boire ». - A SUIVRE...

Tag(s) : #ENSEIGNEMENTS BIBLIQUES DU PASTEUR HENRI KPODAHI, #MARIAGE, #COUPLE

Partager cet article

Repost 0