Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

LA CRAINTE. Les deux sortes de crainte que le chrétien peut éprouver (II)

par Henri VIAUD-MURAT,

 

PLAN

INTRODUCTION

I-DEFINITION ET LES SOURCES DE LA CRAINTE

II-LA CRAINTE DE SOURCE CHARNELLE DANS LA BIBLE

1-Le texte de Genèse 3

2-L’attitude de l’homme dans Jérémie 17

3- L’esprit de servitude dans Romains 8

 4- La crainte n’est pas dans l’amour en 1Jean 4

5- La crainte charnelle pousse à l’hypocrisie

 

bxp34869.jpg

 

3- L’esprit de servitude dans Romains 8

Dans Romains 8:14, nous lisons : « Car tous ceux qui sont conduits par l'Esprit de Dieu sont fils de Dieu. Et vous n'avez pas reçu un esprit de servitude pour être encore dans la crainte. » La crainte charnelle est la marque d'un esprit de servitude. Si la crainte charnelle est encore dans notre cœur, que ce soit la crainte des hommes, que ce soit la timidité qui est une forme de crainte aussi, c'est encore la marque d'un esprit de servitude parce que nous allons craindre les hommes. Lorsque l'amour de Dieu nous libère de toute crainte, nous n'avons plus cet esprit de servitude. Nous proclamons : « Abba, Papa ! » Je suis dans l'intimité avec Dieu, je ne vais pas être habité par cette crainte charnelle. Je vais garder simplement la crainte de Dieu, la crainte spirituelle du Seigneur, le respect pour Dieu et l'amour pour Dieu. Mais elle n'a rien à voir avec la crainte charnelle qui est la marque d'un esprit de servitude. Et il est bien dit : « Nous n'avons pas reçu un esprit de servitude. » Nous en avons été libérés. L'esprit de servitude vient de la chair. Il vient de ce jugement qui était sur le péché quand nous vivions dans la chair, et le Seigneur veut nous en débarrasser. Nous ne sommes plus des esclaves, nous sommes des fils et des filles de Dieu qu'il veut faire marcher dans sa liberté, liberté qu'il appelle glorieuse.

 

 

 4- La crainte n’est pas dans l’amour en 1Jean 4

Dans 1 Jean 4:16 à 18, il dit aussi : « Et nous, nous avons connu l'amour que Dieu a pour nous et nous y avons cru. Dieu est amour et celui qui demeure dans l'amour demeure en Dieu et Dieu demeure en lui. Tel il est, tels nous sommes aussi dans ce monde. C'est en cela que l'amour est parfait en nous afin que nous ayons de l'assurance au jour du jugement. La crainte n'est pas dans l'amour. » Je m'arrête là. Et il dit juste à la fin du verset : « Car la crainte suppose un châtiment et celui qui craint n'est pas parfait dans l'amour. » Lorsque la crainte charnelle est dans notre cœur, c'est le signe d'un manque de perfection dans l'amour de Dieu. Si nous craignons qui que ce soit ou quoi que ce soit (à part Dieu et sa Parole), c'est la preuve que l'amour de Dieu n'est pas encore pleinement formé en nous. Chaque fois qu'il y a un peu de crainte dans nos cœurs, de crainte charnelle, il y a un manque d'amour. Plus la crainte est grande et moins l'amour est grand, et le Seigneur veut nous débarrasser de cette crainte charnelle pour que son amour puisse remplir tout. « La crainte n'est pas dans l'amour. » Dieu veut rendre son amour parfait en nous et éliminer toute trace de crainte, de peur, de timidité, d'angoisse, de phobie, etc. (tout cela étant des mots divers pour exprimer la crainte). La crainte suppose un châtiment, mais si nous avons confessé nos péchés et si nous avons reçu par la foi le pardon de nos péchés (nous ne sommes pas encore parfaitement manifestés dans la stature parfaite de Christ, mais nous avons reçu le pardon de nos péchés et nous marchons dans la lumière que nous avons reçue), alors il n'y a pas de crainte de châtiment. Celui qui marche dans cette nouveauté de vie marche par l'esprit et il n'y a pas en lui d'esprit de condamnation et de culpabilité. Il marche dans l'humilité en sachant qu'il n'est rien devant Dieu mais que le péché a été confessé, qu'il a reçu par la foi le pardon, donc il n'y a pas de crainte du châtiment. La crainte du châtiment n'existe que quand nous n'avons pas confessé un péché ou quand nous avons un esprit de culpabilité, même après l'avoir confessé. Il y a des chrétiens comme ça, ils confessent leurs péchés constamment, ils sont dans un esprit de culpabilité. C'est parce qu'ils ne se sont pas débarrassés de cette accusation démoniaque qui vient de Satan et qui veut mettre la peur dans leur cœur. Ainsi cette crainte, je le répète, dénote un manque d'amour, une imperfection dans l'amour.

 

 

5- La crainte charnelle pousse à l’hypocrisie

Cette crainte charnelle pousse à l'hypocrisie parce que le chrétien qui sait ce qu'il devrait faire mais qui a encore cette crainte charnelle, est tiraillé entre les deux. Il sera poussé à adopter une façade pour cacher sa crainte ou pour suivre les hommes à cause de la crainte qu'il a dans le cœur, la crainte des hommes. Nous en voyons un exemple dans la Bible, parmi d'autres, dans la vie de Pierre. Pierre allait librement manger chez les païens avant que les chrétiens juifs n'arrivent le visiter. Mais les juifs chrétiens, c'est-à-dire les circoncis chrétiens, étaient encore un peu liés par un esprit légaliste et ils disaient qu'il ne fallait pas aller manger chez des païens. Pierre s'est laissé influencer par la crainte des hommes, et quand ces chrétiens légalistes sont arrivés, Pierre a arrêté de visiter et de manger chez des païens. Paul l'a alors sévèrement repris devant tout le monde, et d'ailleurs Pierre l'a très bien accepté, c'est le signe qu'il avait vraiment l'esprit apostolique. On le voit dans Galates 2:12, au verset 11 : « Lorsque Céphas (Céphas, c'est l'apôtre Pierre) vint à Antioche, je lui résistais en face… » Amen ! C'est ça qu'il faut faire, mes frères et mes sœurs. Dans l'amour et dans la sainteté de Dieu, si nous voyons un frère qui publiquement fait un acte répréhensible, nous ne devons pas hésiter à nous lever devant toute l'assemblée pour dire que c'est un acte répréhensible quelles que soient les conséquences pour nous. On pourra peut-être se faire mettre à la porte ou critiquer, mais on le fait parce qu'on a la crainte du Seigneur dans le cœur. Il se passe sous tes yeux quelque chose qui est répréhensible : lève-toi et avec calme et tranquillité, dis que c'est répréhensible. Paul a dit : « Je lui résistais en face et publiquement. » Il n'a pas dit : « Oh, c'est l'apôtre Pierre, c'est un des grands apôtres qui a connu Jésus, je ne vais surtout pas me permettre de le reprendre devant les autres, je vais attendre d'être tous les deux et puis j'essayerai de le lui dire. Pourvu qu'il écoute ! » Non, ça, c'est la crainte des hommes. Avec amour mais avec force et fermeté, devant tous pour que les autres en aient de la crainte et Pierre aussi, il lui a dit. « En effet, avant l'arrivée de quelques personnes envoyées par Jacques, il mangeait avec les païens. Et quand elles furent venues, il s'esquiva et se tint à l'écart par crainte des circoncis (des juifs qui s'étaient convertis). Voyant qu'il ne marchait pas droit selon la vérité de l'Evangile, je dis à Céphas en présence de tous… » Il le reprend.

Vous voyez ici que cette crainte charnelle nous pousse à adopter une attitude hypocrite, pharisaïque, comme les pharisiens qui avaient la façade extérieure de la piété, mais dedans, c'étaient des ossements. Pour Pierre, ce n'était pas le cas, mais enfin, il prenait le chemin et il adoptait une attitude de pharisien : la façade. Et cette attitude, cette crainte, nous empêche de marcher pleinement selon la vérité de l'Evangile. C'est une peste dans la vie des chrétiens, cette crainte charnelle, cette crainte des hommes. Elle nous pousse à l'hypocrisie, elle nous empêche de marcher selon la pleine vérité de l'Evangile. Cette crainte résulte de l'orgueil. Pourquoi craignons-nous les hommes en général ? On craint d'être jugé, d'être condamné, d'être repris parce que notre orgueil en prend un coup. Si les hommes nous tiennent tête publiquement et devant tous, bon, ce n'est pas très agréable. Quand on n'a rien à se reprocher, c'est une grâce devant Dieu, mais la chair n'aime pas qu'on la reprenne publiquement. Là, Pierre a eu une très bonne réaction. Il a montré que sa chair était crucifiée en acceptant d'être repris par Paul devant tous. La crainte des hommes résulte de l'orgueil.

 

 

 

 6- La crainte charnelle est l’abandon de la crainte de Dieu

On voit dans Deutéronome 17:13 : « Tu ôteras ainsi le mal du milieu d'Israël. » Il parlait de ceux qui pratiquaient des péchés abominables et qui devaient être mis à mort. « Tu ôteras ainsi le mal du milieu d'Israël afin que tout le peuple entende et craigne (de la crainte de Dieu) et qu'il ne se livre plus à l'orgueil. » C'est-à-dire à la crainte charnelle. La crainte charnelle, c'est l'abandon de la crainte de Dieu. L'orgueil est associé à la crainte charnelle ; l'orgueil, c'est l'abandon de la crainte de Dieu. Donc, il faut ôter le mal du milieu de nous en commençant par nous-mêmes, puis en veillant à ce que le mal soit ôté de l'Eglise pour que l'orgueil ne domine plus, mais que ce soit l'esprit humble et soumis du Seigneur Jésus qui règne au milieu de son peuple et dans nos vies.

 

 

 7- La crainte des hommes (demain)

 

LA SUITE DEMAIN……………..QUE DIEU VOUS BENISSE  Amen !!!!!!!!!!!!

 

 

Pasteur Henri

 

 

 

Tag(s) : #ENSEIGNEMENT

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :